La Saga des Runas – Jacques Taglang

runa


Il s’agit d’un ouvrage exceptionnel dans lequel est rapportée en détail l’histoire des 10 seuls voiliers conçus par un étonnant yachtsman danois, Gerhard Peter Rønne (1879-1955), architecte de maisons par profession, yacht designer occasionnel et passionné de navigation hauturière, amoureux et chantre d’une nature sauvage, membre du prestigieux Royal Danish Yacht Club dont il a été l’un des fervents animateurs.

Il faut savoir que dans le domaine du yachting, les « petits » bateaux de croisière de cette période charnière de la plaisance (1900-1950) n’ont jamais fait l’objet d’une étude aussi développée et approfondie.

Il a baptisé ses propres voiliers RUNA (il s’en dessina à titre personnel 6 unités), expliquant ainsi le choix de ce mot : « C’est un nom que j’ai trouvé en moi. Il signifie rune … C’est un rien mystique. Et j’ai conscience qu’il sonne bien. »

En 2009, Yves Carcelle, l’ex-président de Louis Vuitton, est tombé sous le charme des créations de Gerhard Rønne. Il en a acquis deux, le yawl RUNA IV (1918) et le cotre RUNA VI (1927) et les a magnifiquement fait reconstruire par le chantier du Guip (Brest, France). Dès avant la mise à l’eau de RUNA IV, en 2011, Yves a immédiatement senti que derrière ces bateaux se cachait un conte étonnant qu’il fallait raconter. Il a confié cette mission à Jacques Taglang (membre fondateur du YCC) qui, pendant près de 4 ans, s’est livré à une enquête passionnante.

Les hommes et les femmes qui ont croisé à bord des RUNA, modestes passionnés ou personnalités plus en vue – un ex-commodore du Royal Yacht Squadron, le fils d’un prestigieux pâtissier français, un grand financier portugais – nous font découvrir ces petits canots pleins de charme.

Ultime surprise : Gerhard Rønne n’a dessiné en tout et pour tout que 10 unités !

Aujourd’hui, 5 d’entre elles sont en état de naviguer dont le premier RUNA (1910) est devenu le voilier amiral du Musée du Yachting danois de Svendborg.

Le rêve d’Yves Carcelle était de les admirer tous réunis sur l’eau. Sur les 5 manquants, 2 existent toujours, mais nécessitent d’importants travaux. Par ailleurs, de nombreux indices laissent penser qu’il serait possible de retrouver les 3 derniers… Un incroyable pari qui très certainement, un jour prochain, deviendra réalité.

Le livre (1000 ex en français + 1000 ex en anglais) – Format carré : 30×30 cm – 396 pages, richement illustré (592 illustrations, noir et blanc, couleur),10 plans de François Chevalier, papier mat, poids de l’ouvrage : 3 kg. Prix en souscription jusqu’au 4 décembre inclus : 50€ + port, prix public après cette date : 75€ + port.

Plus d’informations sur …
&